fr | en
Un monde nouveau
01/07 - 2016

Un monde nouveau

Le désir de réussir me tenaille, alors qu'il reste encore devant moi des milliers de kilomètres de vagues. Des bouffées d'émotions tentent par moment de me submerger, vite réprimées par ma concentration dans l'instant présent. Il me faut piloter Solar Impulse 2 avec précision, contourner un front de mauvais temps, sauter une barrière de nuages menaçants, traverser une zône de turbulences, réparer un problème informatique qui a déconnecté mon pilote automatique et m'empêche de dormir. C'est un vol très tactique, bien différent de la voie royale que m'avait offert le Pacifique entre Hawaii et San Francisco. Je n'avais eu alors aucun nuage, aucune turbulence. C'est tout autre chose cette fois-ci. La première transatlantique en avion électrique solaire va se mériter. Rien n'est gagné d'avance et il est beaucoup trop tôt pour me réjouir.

L'Atlantique, océan de tous les explorateurs, a vu défiler les navigateurs maritimes et aériens qui s'affrontaient dans la course à la modernité. Si Charles Lindbergh a volé de New York à Paris, c'était pour promouvoir le transport aérien commercial. Il passera d'ailleurs le reste de sa vie à ouvrir des lignes aériennes et des aéroports. Pour moi, le symbole est le même. Je veux ouvrir la voie à une utilisation généralisée des technologies propres et c'est à cela que je consacre ma vie depuis 15 ans. Cet océan mythique va peut-être me le permettre.

L'atterrissage à Séville se précise. C'est de là qu'est parti Christophe Colomb pour découvrir le Nouveau Monde. Mais aujourd'hui, l'Ancien et le Nouveau Monde ne sont plus des continents, ce sont des états d'esprits. Le vieil état d'esprit des énergies fossiles, de la pollution et du gaspillage des ressources naturelles; l'état d'esprit moderne des technologies propres et du respect de l'environnement. Lorsque je regarde tourner pendant des jours et des nuits mes hélices alimentées par le soleil, j'ai l'impression de vivre un film de science fiction, alors que c'est la réalité d'aujourd'hui. Celle que je veux promouvoir. Pour cela, il faut réussir ce vol. Je sais que l'ancien monde m'attend au tournant. Heureusement, je vais tout droit !

L'arrivée est magique. Je suis accueilli par les fumigènes de la Patrouille Espagnole aux couleurs helvétiques et ibériques. Après l'atterrissage, la presse titre: première transatlantique historique d'un avion solaire. Ce vol, pourtant, ne deviendra véritablement historique que s'il contribue à ouvrir la voie à davantage de technologies propres et d'énergies renouvelables dans notre monde. Et ça, c'est l'avenir qui le dira...

Ce blog a été initialement publié ici.

Blog publié en partenariat avec Caran d'Ache

^