fr | en
Enfin des solutions !
08/03 - 2015

Enfin des solutions !

Il y a plus de 15 ans qu'on parle de changement climatique. Pendant ce temps, la situation a évolué vers le pire, mais les discours, eux, n'ont pas changé. Comme autrefois, on continue à parler d'un gros problème qui coûte très cher, des catastrophes naturelles et des effets dévastateurs de la montée du niveau des océans. On donne des buts à atteindre, des températures atmosphériques à ne pas dépasser, des niveaux de CO2 à diminuer. Avec quel résultat? Celui d'avoir perdu la population, perdu les politiciens, perdu les industriels. Pourquoi? Parce que le problème paraît démesuré, et que chacun se sent dépassé, beaucoup trop petit pour le résoudre. De surcroit, on demande à la génération actuelle de faire des sacrifices pour éviter la fonte des pôles dont souffriront les générations futures. Pensez-vous vraiment que cela soit convaincant pour changer le comportement d'un chef d'entreprise qui doit payer des milliers de salaires à la fin du mois ou d'une famille qui désire partir en vacances ?

 

Ce ne sont pas des buts qu'il faut énumérer, mais des solutions, des manières d'atteindre ces buts. Car les solutions existent. Notre monde pourrait aujourd'hui déjà diviser par deux sa consommation énergétique en remplaçant les vielles technologies démodées et polluantes par des technologies propres. Quand on parle de technologies propres, il ne faut bien entendu pas se limiter aux énergies renouvelables, car elles ne suffiront pas, toutes seules, à compenser le niveau aberrant de gaspillage auquel nous sommes arrivés. Non, la plus grande partie des technologies propres sont celles qui permettent d'économiser l'énergie en augmentant l'efficience, en allégeant les structures, en isolant les échanges thermiques, en baissant la résistance au frottement et à l'écoulement. Cela permet une mobilité terrestre et aquatique moins polluante, des bâtiments neutres en énergie, des processus industriels moins carbonés. Ce sont des technologies rentables, créatrices d'emploi, de profit et de croissance durable, car le monde entier en a besoin. C'est le type de technologie que nous utilisons sur Solar Impulse. Car sans une incroyable efficience énergétique, le soleil ne suffirait jamais à faire voler un avion jour et nuit sans carburant: moteurs électriques, batteries lithium-polymères, mousses isolantes en polyuréthane, phares d'atterrissage LED, structures en fibres de carbone ultra-légères.

 

Toutes les solutions existent, mais les acteurs du non-changement se regardent en chiens de faïence. Les gouvernements attendent du libre marché que les industriels prennent la responsabilité de faire évoluer leur production par eux-mêmes, et les industriels attendent des gouvernements un cadre légal qui évite la distorsion de concurrence entre production propre et sale. Les seuls que nous pourront faire bouger, nous, citoyens, ce sont les politiciens qui ont besoin de nos voix pour être réélus.

 

Alors à l'avenir, pourrait-on au moins changer de discours ? Arrêter de ressasser les mêmes déclarations démodées, pour enfin parler des mesures à adopter? Pourrions-nous tous ensemble pousser les gouvernements à modifier le cadre légal pour que les technologies polluantes soient remplacées par des cleantechs ? Cela rendrait les débats constructifs et les conférences internationales sur le climat passionnantes. 

 

C'est ce que nous voulons faire en lançant à l'occasion du tour du monde de Solar impulse le mouvement « Future Is Clean". 

Donner votre voix sur www.futureisclean.org. De cette façon-là, le vol de notre avion solaire trouvera tous son sens.

 

Merci

 

Bertrand Piccard

^