fr | en
A nouveau en “Mode Mission”
14/04 - 2016

A nouveau en “Mode Mission”

Avant tout décollage important survient un moment d’hésitation, d’inquiétude, de doute. Cela peut en perturber certains mais dans notre équipe, c’est pour cette sensation que nous vivons. Aujourd’hui, nous franchissons un cap: Solar Impulse est entré en “Mode Mission”.

Vous vous demandez peut-être où nous en sommes maintenant, et quelles sont les étapes à suivre ? Les préparatifs, les vols de maintenance et les vols d’entraînement, ont occupé les deux derniers mois. Ces deux dernières semaines, nous avons effectué deux vols : le dernier vol en haute altitude de Bertrand Piccard et le dernier vol d’entraînement d’André Borschberg. Nous sommes désormais prêts pour le prochain grand défi : le vol de Bertrand qui reliera Hawaï à l’Amérique du Nord.

 

Les huit derniers mois ont été éprouvants, nous avons véritablement appris à accepter les aléas comme les échecs en les considérant comme des opportunités. Après avoir remplacé les batteries qui ont surchauffées lors du vol de Nagoya à Hawaï, le compte à rebours a maintenant commencé pour l'équipe afin de retourner à notre point de départ : Abou Dhabi.

L’an passé, nous sommes partis à la conquête des cieux en utilisant l’énergie solaire, allant d’Abou Dhabi à Oman, l’Inde, le Myanmar, la Chine et le Japon, avant d’atteindre Hawaï. Bientôt, nous tenterons de finir notre tour du monde. Partant d’Hawaï, nous survolerons l’océan Pacifique, les États-Unis, l’océan Atlantique et l’Europe, pour finalement atterrir une nouvelle fois aux Emirats Arabes Unis.

 

Si le temps le permet, nous pourrons rapidement nous envoler pour la traversée de l’Océan Pacifique. Vous n’avez jamais exercé un emploi aussi dépendant de la météo, je me trompe ? Comme chacun sait, les conditions météorologiques peuvent évoluer à tout moment, c’est pour cela que nos ingénieurs du Centre de Contrôle de Mission à Monaco sont occupés à rechercher une fenêtre météo. Qu'est-ce que cela implique ?

Trouver une fenêtre météo est le résultat d'une étroite collaboration entre :

  • notre équipe de contrôleurs du trafic aérien;
  • nos météorologues;
  • nos ingénieurs de la mission;
  • et l'équipe d’ALTRAN qui exécute les simulations de vol.

 

Tous ensemble, ils travaillent pour identifier les meilleures options possibles pour voler. ALTRAN, partenaire de Solar Impulse, a développé un logiciel de simulation qui en fonction de la trajectoire du vol de Si2 et des conditions météorologiques prévues évalue si les routes testées permettent d’effectuer le vol. A partir du moment où la simulation est positive jusqu'à la destination finale, l'avion peut décoller et tenter d’atteindre sa destination.

Chez Solar Impulse, nous choisissons toujours la première trajectoire avec la meilleure fênetre météo qui se présente à nous. Cette année, la première mission de ce vol sera longue, d'une durée de plusieurs jours, afin de traverser le reste de l'océan Pacifique d'Hawaï à l’Amérique du Nord. Avant le décollage, notre équipe continue de faire des simulations de vol avec les dernières prévisions météorologiques et permet d’avoir les projections les plus fiables pendant le vol. Vous l’aurez ainsi compris, ce n’est que quelques heures avant le vol que nous pouvons confirmer qu'il aura lieu. Cette incertitude motive tous les membres de Solar Impulse et solidifie les liens de l’équipe.  

 

De nombreuses informations intéressantes, préparées par nos soins, seront diffusées dans les jours à venir jusqu’au prochain vol au-dessus du Pacifique. Pour commencer, voici une vidéo des activités de Solar Impulse à Hawaï !

Nous saisirons certainement la première occasion de décoller et nous vous préviendrons dès qu’elle se présentera! Si ce n’est pas déjà fait, inscrivez-vous ici pour être sûr de recevoir nos actualités.

 

Ce blog a été initialement publié ici.

^